Menu Jaune
Le site du Tennis Belge
| |
???? Nouvelles | Carnets de Notes | Dossiers | Retrospectives | Interviews | Grands-Chelems
???? Pros | Espoirs | Wheelchair | Belgian Circuit
?????????????????????????? ATP/WTA Simple | ATP/WTA Double | ITF Simple | ITF Double | Wheelchair Simple | Wheelchair Double | Non classés et inactifs | ITF | TE16 | TE14
??????????????? Iris Ladies Trophy | Corona Open | Ethias Trophy | Flanders Ladies Trophy | Ladies Trophy | Proximus Diamond Games | Tarkett Open
?????????????????????? Argayon cup | Astrid Bowl | Brussels IJO | Coupe De Borman | International Youth Tournament | Young Champions Cup (Hasselt)
?????????????????????? Top rank cette semaine | Top rank carrière | Titres année en cours | Titres double année en cours

L’Année 2018 au féminin (1re partie)

Troisième partie de notre compte rendu mois par mois : l’année au féminin, de janvier à mai.

Janvier

La saison féminine débute à Brisbane pour un tournoi « Premier » doté d’un million de dollars. Elina Svitolina (n°3), révélation de 2017, commence en fanfare en remportant le titre au détriment de Karolina Pliskova (n°2) en demi, puis d’Aliaksandra Sasnovich en finale. Issue des qualifications, la Biélorusse s’était débarrassée d’Anastasija Sevastova (n°7) en demi.

La semaine suivante à Sydney, c’est Angélique Kerber qui s’impose. Première mondiale douze mois plus tôt, l’Allemande a dégringolé à la 21e place mais retrouve son tennis pour disposer de Camila Giorgi en demi-finale et d’Ashley Barty en finale. Devant son public, l’Australienne s’était sortie en demi d’un match compliqué contre sa compatriote Daria Gavrilova.



© Le site du tennis belge (Bruxelles 2011)


Après sa très belle saison 2017, ponctuée par une victoire au Masters, Caroline Wozniacki (n°2) remporte enfin son premier titre du Grand-Chelem à l’Open d’Australie. Restée 85 semaines presque sans discontinuer à la première place mondiale de fin 2010 à début 2012, la Danoise n’avait pourtant jamais décroché de titre majeur. Elle corrige cette faute dans son palmarès en dominant successivement Mihaela Buzarnescu, Jana Fett, Kiki Bertens (n°30), Magdalena Rybarikova (n°19), Carla Suarez Navarro, Elise Mertens et Simona Halep (n°1) en finale. Elle reprend par la même occasion sa place au sommet de la hiérarchie mondiale.

La Roumaine elle aussi court toujours après son premier titre majeur. Elle prend successivement la mesure de Destanee Aiava, Eugénie Bouchard, Lauren Davis, Naomi Osaka et Karolina Pliskova (n°6). En demi, elle passe déjà à deux doigts de la défaite contre Angélique Kerber (n°21) qui manque deux balles de match. Sans doute un peu éprouvée par ce match qui se conclut 9/7 au dernier set, Halep s’incline en finale en trois sets… tout comme lors de ces deux précédentes finales en Grand-Chelem.

En petite forme, Garbiñe Muguruza (n°3) est sortie au deuxième tour par Su-Wei Hsieh. Cette défaite permet à Kerber de se glisser en demi en battant notamment Maria Sharapova ou, en quart, Madison Keys (n°17). Cette dernière avait pris la mesure de Caroline Garcia (n°8) au tour précédent. D’autres favorites ne prestent pas à leur meilleur niveau. C’est le cas de Jelena Ostapenko (n°7), éliminée au troisième tour par Anett Kontaveit (n°32) ou de Venus Williams (n°5) surprise d’entrée par Belinda Bencic.

Mais le parcours le plus étonnant est réalisé par Elise Mertens qui devient la cinquième joueuse belge à atteindre le dernier carré d’un tournoi du Grand-Chelem depuis le début de l’ère Open. Elle se hisse jusqu’en quart sans faire de bruit avec des victoires sur Viktoria Kuzmova, Daria Gavrilova (n°23), Alizé Cornet et Petra Martic. Là, elle crée l’exploit du tournoi en ne laissant que quatre jeux à Elina Svitolina (n°4). Elle s’incline finalement dans le dernier carré face à la future gagnante, non sans lui avoir donné quelques sueurs froides au deuxième set. Les autres belges sont plus décevantes. Alison Van Uytvanck est battue d’entrée par Martic. Kirsten Flipkens passe un tour avant de tomber en trois sets contre Rybarikova.

Février

Au lendemain de la tournée australienne, de nombreuses joueuses se retrouvent à St Petersbourg. Petra Kvitova y remporte son 21e titre après une facile victoire sur Kristina Mladenovic (n°4) en finale. Détentrice d’une wild-card, la Tchèque avait été nettement plus inquiétée en demi par l’Allemande Julia Goerges. Mladenovic, pour sa part, avait remonté un handicap d’un set face à Daria Kasatkina (n°8).

La Française retrouvait la forme juste à temps pour le premier tour de la Fed Cup. Et c’est en effet elle toute seule, en remportant ses deux simples contre Kirsten Flipkens et Elise Mertens et en tenant le double à bout de bras, qui réussit à venir à bout de la Belgique. Elise avait pourtant bien lancé le week-end en dominant Pauline Parmentier et Alison Van Uytvanck remplace avantageusement Kirsten pour ramener les deux équipes à égalité, toujours face à la même Parmentier. Malheureusement, Elise et Kirsten passent à côté d’un double très prenable contre Mladenovic et Amandine Hesse.

Dans les autres rencontres, l’Allemagne avec une équipe B (pas de Kerber, ni de Goerges) brise le rêve de la Biélorussie, finaliste surprise de l’édition 2017. Aryna Sabalenka remporte pourtant ses deux simples mais la défaillance de la n°1 locale, Aliaksandra Sasnovich, battue par Antonia Lottner le premier jour et absente ensuite, précipite la chute de la jeune équipe. Vainqueur de 5 des 7 dernières éditions, la République tchèque ne fait qu’une bouchée de la Suisse. A noter que les n°1 des deux formations, Karolina Pliskova et Timea Bacszinczky, sont laissée sur le banc en simple. Enfin, les tenantes du titre américaines s’imposent face aux Pays-Bas (sans Kiki Bertens). A cette occasion, Serena Williams fait son retour à la compétition et dispute un double sans enjeu avec sa sœur. 

Au Premier 5 de Doha, Petra Kvitova (n°16) confirme son retour en forme et remporte déjà son deuxième titre de la saison. En début de tournoi, elle domine des pointures comme Agnieszka Radwanska ou Elina Svitolina (n°3) avant de profiter de l’abandon de Julia Goerges en quart. En demi, elle prend très difficilement la mesure de la nouvelle reine Caroline Wozniacki (n°1). Enfin, en finale, elle revient également après avoir perdu le premier set et s’impose face à Garbiñe Muguruza (n°4). L’Espagnole avait battu Caroline Garcia (n°7) en quart mais n’avait pas dû disputer la demi-finale, Simona Halep (n°2) déclarant forfait pour ce match en raison d’une douleur au pied. La jeune américaine Catherine Bellis crée la surprise en sortant des qualifications et en se hissant en quart après des victoires sur Madison Keys (n°12) et Karolina Pliskova (n°5). Elise Mertens (n°15) était la seule Belge dans le tableau mais elle s’incline contre Sorana Cirstea au deuxième tour.

A Dubaï, la semaine suivante, Elina Svitolina (n°1) remporte son deuxième titre de la saison et confirme un titre qu’elle avait déjà gagné en 2017. Elle bat Angélique Kerber (n°6) en demi et Daria Kasatkina en finale. Très en forme en ce début de saison, la Russe sauve trois balles de match en demi et vient à bout de Garbiñe Muguruza (n°2). Finaliste un an plus tôt mais absente de cette édition, Caroline Wozniacki rend sa première place fraichement acquise à Simona Halep.

Mars

A 20 ans, Naomi Osaka crée une énorme surprise en remportant son tout premier titre lors du “Premier Mandatory” d’Indian Wells. Classée à la 44e place mondiale, elle n’est pas tête de série (et donc pas exemptée du premier tour). Elle domine notamment Maria Sharapova, Agnieszka Radwanska (n°31) et Karolina Pliskova (n°5) pour se hisser en demi. Là, elle surprend Simona Halep (n°1) en deux petits sets avant de dominer Daria Kasatkina (n°20).

La Russe, qui a également 20 ans aurait pu faire son entrée dans le Top 10 en cas de victoire, réussit aussi un parcours remarquable. Elle prend successivement la mesure de Sloane Stephens (n°13), Caroline Wozniacki (n°2), Angélique Kerber (n°10) et Venus Williams (n°8). Un vent de jeunesse souffle sur le tournoi puisqu’on fait également la découverte de la jeune Américaine Amanda Anisimova, 16 ans, qui atteint les huitièmes de finale au détriment de Petra Kvitova (n°9), pourtant très en forme.

D’autres surprises émaillent le tournoi dont l’élimination de Garbiñe Muguruza (n°3) par Sachia Vickery au deuxième tour et les défaites d’Elina Svitolina (n°4) par Carla Suarez Navarro (n°27) et de Jelena Ostapenko (n°6) par Petra Martic au troisième. De retour à la compétition après plus d’un an d’absence, Serena Williams vient à bout de Zarina Dyias et surtout de Kiki Bertens (n°29) avant de s’incliner contre sa grande sœur pour la première fois depuis 2014.

Côté belge, seule Yanina Wickmayer (issue des qualifications) remporte un match. Elise Mertens, Alison Van Uytvanck et Kirsten Flipkens sont toutes battues d’entrée.

La hiérarchie reste bouleversée lors du tournoi de Miami même si l’on retrouve des têtes connues en finale. C’est en effet Sloane Stephens (n°13), classée hors du top 10 mais tout de même tenante du titre à l’US Open, qui s’impose en finale contre Jelena Ostapenko (n°6), la gagnante de Roland-Garros 2017. L’Américaine bat notamment sur son parcours Garbiñe Muguruza (n°3) et Angélique Kerber (n°10) avant de prendre la mesure de Victoria Azarenka en demi.

Dans l’autre demi, Ostapenko met un terme à la fabuleuse aventure de l’Américaine Danielle Collins, issue des qualifications. Auparavant, elle avait dominé Petra Kvitova (n°9) et Elina Svitolina (n°4).

Azarenka, qui avait repris la compétition à Indian Wells après six mois d’absence et bénéficiait d’une wild-card, domine Madison Keys (n°14), Agnieszka Radwanska (n°30) et Karolina Pliskova (n°5). De son côté, Collins s’était défait de Coco Vandeweghe (n°16) et surtout de Venus Williams (n°8). Simona Halep (n°1) est battue au troisième tour par Radwanska alors que Caroline Wozniacki (n°2) chute d’entrée contre Monica Puig, tout comme Caroline Garcia (n°7) face à Alison Riske. La gagnante d’Indian Wells, Naomi Osaka, poursuit sur sa lancée en dominant Serena Williams au premier tour. Elle s’incline ensuite contre Svitolina.

Les trois représentantes belges remportent un match. Kirsten Flipkens s’incline ensuite contre Johanna Konta (n°11), tout comme Elise Mertens (n°22 et exempte du premier tour). Alison Van Uytvanck doit baisser pavillon face à Radwanska.

Avril

La saison féminine sur terre débute traditionnellement par le « Premier » de Charleston et c’est Kiki Bertens (n°12) qui s’y impose. Elle remporte son cinquième titre assez facilement en finale contre Julia Goerges (n°5). Plus tôt dans la journée, elle avait pourtant dû disputer une demi-finale de trois heures où elle avait dû sauver une balle de match contre Madison Keys (n°7). De son côté, Goerges s’était un peu plus facilement débarrassé d’Anastasija Sevastova (n°8).

Les Etats-Unis et la République tchèque se retrouveront en finale de la Fed Cup. Il s’agit des deux nations les plus titrées de la compétition bien qu’elles ne se soient rencontrées bizarrement que deux fois en finale (1985, 1986). En demi-finales, les Américaines dominent la France après les simples. C’est la large victoire de Sloane Stephens sur Kristina Mladenovic qui fait pencher la balance avant que Madison Keys ne conclue contre Pauline Parmentier. Les Tchèques dominent de leur côté les Allemandes, notamment grâce à une super Petra Kvitova qui bat facilement Julia Goerges et Angelique Kerber.

En barrage, la Belgique l’emporte assez facilement contre l’Italie. Le seul petit moment d’inquiétude survient lors du deuxième match lorsqu’Alison Van Uytvanck loupe une balle de match et perd le deuxième set au tie-break. Elise Mertens remporte ses deux rencontres sans soucis. Absente du premier tour, Simona Halep fait son retour et remporte ses deux matchs pour donner la victoire à la Roumanie contre la Suisse. Les Pays-Bas, sans Kiki Bertens, entretienne l’illusion le temps d’un match face à l’Australie. La 210e mondiale Lesley Kerkhove surprend en effet Sam Stosur. Mais les Australiennes se reprennent vite et remportent facilement les trois derniers matchs. Enfin, la Slovaque Viktoria Kuzmova remporte ses deux simples et passe donc tout près de faire descendre en deuxième division la Biélorussie, finaliste en 2017. Mais les joueuses locales s’en sortent lors du double.

La finale du premier tournoi important de la saison sur terre européenne, à Stuttgart, oppose deux joueuses plutôt réputées pour leurs qualités sur dur. C’est Karolina Pliskova (n°5) qui s’impose face à Coco Vandeweghe. La Tchèque domine Anett Kontaveit en demi alors que l’Américaine, bénéficiaire d’une wild-card prend la mesure de Caroline Garcia (n°6). Elle avait déjà surpris Simona Halep (n°1) en quart.

Mai

La saison sur terre-battue se poursuit et Petra Kvitova (n°10) confirme son excellent début d’année en s’imposant au « Premier Mandatory » de Madrid. Plutôt adepte des surfaces rapides, la Tchèque n’a remporté que quatre de ses 25 titres sur terre mais trois de ces quatre victoires ont été acquises à Madrid, pourtant le plus important tournoi sur terre-battue après Roland-Garros. Elle bénéficie d’un tableau assez dégagé mais domine tout de même Daria Kasatkina (n°14) en quart, Karolina Pliskova (n°6) en demi et Kiki Bertens en finale.

Non tête de série, la Néerlandaise retrouve des couleurs lors de ce tournoi après une saison 2017 très difficile. Elle y prend notamment la mesure de Caroline Wozniacki (n°2), Maria Sharapova et Caroline Garcia (n°7). Simona Halep (n°1) tient son rang jusqu’en quart de finale mais s’incline face à Pliskova. Garbiñe Muguruza (n°3) s’incline au tour précédent contre Kasatkina alors qu’Elina Svitolina (n°4) est battue au deuxième tour par la revenante Carla Suarez Navarro.

Jelena Ostapenko (n°7) et Venus Williams (n°8) sont surprises d’entrée respectivement par Irina-Camelia Begu et Anett Kontaveit. Elise Mertens sort vainqueur du duel avec la seule autre belge du tableau Alison Van Uytvanck au premier tour. Au deuxième, elle est largement dominée par la n°1 mondiale Halep.

A Rome, Elina Svitolina (n°4) conserve son titre qu’elle remporte, comme en 2017 face à Simona Halep (n°1) en finale. Auparavant, l’Ukrainienne avait pris la mesure de Daria Kasatkina (n°14), d’Angélique Kerber (n°11) et d’Anett Kontaveit. Seule la Russe parvient à lui prendre un set. De son côté, Halep bénéficie du forfait de Madison Keys (n°13) puis domine Caroline Garcia (n°7) avant de venir à bout de Maria Sharapova.

La Russe atteint là sa première demi-finale dans un tournoi de cette envergure depuis son retour de suspension. En huitième, elle avait pris le dessus sur Daria Gavrilova, la tombeuse de Garbiñe Muguruza (n°3). En quart, elle s’était défait elle-même de Jelena Ostapenko (n°5). Carolina Wozniacki (n°2) tient la route jusqu’en quart avant d’être largement battue par Kontaveit. L’Estonienne a également accroché à son tableau de chasse Coco Vandeweghe (n°12) et Venus Williams (n°8). Ayant besoin de repos après un début de saison canon, Elise Mertens déclare forfait avant le début du tournoi. Alison Van Uytvanck sort néanmoins des qualifications et bat Sam Stosur avant d’échouer contre Wozniacki.

Juin

Après trois finales perdues, Simona Halep (n°1) remporte enfin son premier Grand-Chelem à Roland-Garros. En première semaine, la Roumaine domine successivement Alison Riske, Taylor Townsend, Andrea Petkovic et Elise Mertens (n°16). Elle connait une grosse frayeur en quart de finale contre Angélique Kerber (n°12) qui lui avait déjà posé beaucoup de problèmes à Melbourne. En demi, elle domine plus facilement Garbiñe Muguruza (n°3) avant de remonter un set en finale contre Sloane Stephens (n°10).

Après avoir dominé les qualifiées Arantxa Rus et Magdalena Frech, l’Américaine, tenante du titre de l’US Open, avait connu une grosse frayeur au troisième tour contre Camila Giorgi. Elle a ensuite pris plus facilement la mesure d’Anett Kontaveit (n°25) et de Daria Kasatkina (n°14) avant de retrouver en demi sa copine Madison Keys (n°13). Leur rencontre est plus serrée qu’en finale de l’US Open mais Stephens s’impose tout de même en deux sets.

Yulia Putintseva est la seule joueuse non tête de série en quart de finale. Elle atteint pourtant ce stade (pour la deuxième fois après 2016) sans rencontrer de Top 20. Si Caroline Wozniacki (n°2) tient jusqu’en huitième avant de céder contre Kasatkina, d’autres favorites sont surprises plus rapidement. C’est le cas de Petra Kvitova (n°8), battue en deux tie-breaks par Kontaveit au troisième tour. Elina Svitolina (n°4) s’incline au même stade face à Mihaela Buzarnescu (n°31). Maria Sharapova (n°28) domine Karolina Pliskova (n°6) avant de bénéficier du forfait de Serena Williams, de retour après avoir manqué toute la préparation sur terre. Mais la grosse surprise vient évidemment de la chute d’entrée de la tenante du titre Jelena Ostapenko (n°5) face à la modeste qualifiée Kateryna Kozlova.

Elise Mertens atteint donc les huitièmes de finale après une victoire très convaincante face à Daria Gavrilova (n°24). Elle y est toutefois largement dominée par Halep à nouveau. Alison Van Uytvanck et Kirsten Flipkens franchissent toutes les deux un tour mais elles sont ensuite stoppées par une tête de série, respectivement Julia Goerges (n°11) et Kasatkina. Enfin, Yanina Wickmayer est sortie d’entrée par Sam Stosur.

La saison sur gazon commence sérieusement à Birmingham où Petra Kvitova (n°4) se console de son mauvais Roland-Garros. Elle s’impose dans un tableau dégarni en dominant successivement Mihaela Buzarnescu en demi et Magdalena Rybarikova en finale. Cette dernière, tombeuse d’entrée de Karolina Pliskova (n°3) avait éliminé Barbora Strycova dans le dernier carré.

Bien discrète sur terre, Caroline Wozniacki (n°1) renoue avec le succès à Eastbourne. Elle renverse une situation compromise face à Angelique Kerber (n°4) en demi puis vient à bout de la jeune Aryna Sabalenka en finale. Cette dernière a réalisé un superbe parcours, dominant Elise Mertens (n°9), Karolina Pliskova (n°2) et Agnieszka Radwanska.