Menu Jaune
Le site du Tennis Belge
| |
???? Nouvelles | Carnets de Notes | Dossiers | Retrospectives | Interviews | Grands-Chelems
???? Pros | Espoirs | Wheelchair | Belgian Circuit
?????????????????????????? Biographies Pros | Biographies Espoirs
??????????????? Iris Ladies Trophy | Corona Open | Ethias Trophy | Flanders Ladies Trophy | Ladies Trophy | Proximus Diamond Games | Tarkett Open
?????????????????????? Argayon cup | Astrid Bowl | Brussels IJO | Coupe De Borman | International Youth Tournament | Young Champions Cup (Hasselt)
?????????????????????? Top rank cette semaine | Top rank carrière | Titres année en cours | Titres double année en cours

Dick Norman

Nom : Norman
Prénom : Dick
Date de naissance : 3/1/1971
Résidence : Waregem
Taille : 2m04
Poids : 98 kg
Gaucher , revers à 2 mains
Titres ATP en simple : 0
Titres ATP en double : 4
Titres en simple (challengers) : 13
Titres en double (challengers) : 6
Titres en simple (futures) : 6
Titres en double (futures) : 1
Meilleur classement simple : 85e (06/11/2006)
Meilleur classement double : 10e (26/04/2010)
Coach : Jan Dewitt
Surface favorite : tapis

Tous ses résultats en 2012

Ses photos à la Coupe Davis 2007
Ses photos à s'Hertogenbosch en 2010

Faits marquants :

Classement simple (- double) en fin de saison :
1991 : 671e (14 v / 13 d)*
1992 : 439e (19 v / 11 d)*
1993 : 373e (27 v / 16 d)*
1994 : 211e (44 v / 25 d)*
1995 : 114e (41 v / 28 d)*
1996 : 211e (26 v / 32 d)*
1997 : 114e (43 v / 28 d)
1998 : 523e (6 v / 13 d)
1999 : Ncl (-)
2000 : 224e (53 v / 8 d)
2001 : 179e (32 v / 26 d)
2002 : 96e (50 v / 23 d)
2003 : 127e (39 v / 28 d) détail
2004 : 166e (31 v / 31 d) détail
2005 : 108e (38 v / 29 d) détail
2006 : 121e (36 v / 34 d) détail
2007 : 157e (22 v / 25 d) détail
2008 : 307e (11 v / 27 d) détail
2009 : 306e (20 v / 6 d) - 15e (29 v / 19 d) détail
2010 : 889e (1 v / 3 d) - 17e (42 v / 31 d) détail
2011 : Ncl (0 v / 0 d) - 46e (19 v / 24 d) détail
* ne tient pas compte des qualifications des tournois ITF
Résultats en Grand Chelem et aux Masters (simple)
  Australian Open Roland-Garros Wimbledon US Open Masters
1995 -- -- 4e tour -- --
1996 1er tour 1er tour -- -- --
1997 -- 3e tour Q2 Q3 --
1998 -- Q1 Q1 -- --
1999 -- -- -- -- --
2000 -- -- -- -- --
2001 Q1 Q2 Q1 -- --
2002 Q3 Q2 Q1 2e tour --
2003 1er tour 1er tour 1er tour Q1 --
2004 -- Q2 Q1 Q1 --
2005 -- 2e tour 1er tour 1er tour --
2006 2e tour 2e tour 1er tour Q1 --
2007 -- Q1 Q2 Q1 --
2008 -- Q1 Q1 -- --
2009 -- Q1 -- -- --
2010 -- -- -- -- --
Résultats en Grand Chelem et aux Masters (double)
  Australian Open Roland-Garros Wimbledon US Open Masters
1995 -- -- 1er tour -- --
1996 1er tour -- -- -- --
1997 -- -- Q3 -- --
1998 -- -- -- -- --
1999 -- -- -- -- --
2000 -- -- -- -- --
2001 -- -- -- -- --
2002 -- -- -- -- --
2003 -- -- -- -- --
2004 -- -- -- -- --
2005 -- -- -- -- --
2006 2e tour -- -- -- --
2007 -- -- 1er tour -- --
2008 -- -- 2e tour -- --
2009 -- finale 1/2 finale 1/4 finale --
2010 1er tour 1/2 finale 1/2 finale 1/4 finale Round-Robin
2011 1er tour 1er tour 3e tour 3e tour --
Sa carrière en bref :

C'est en 1992 que Dick Norman effectue ses premiers pas sur le circuit ATP en se qualifiant au tournoi de Taipei. Il s'incline d'entrée dans le tableau final. Il s'incline également au premier tour du challenger de Poznan.

En 1993, Dick se qualifie au challenger de Vancouver mais ne parvient pas à franchir le premier tour. A Liège, il bénéficie d'une invitation mais est éliminé d'entrée de jeu. Par contre, il se qualifie pour le tournoi ATP de Manchester où il réussit en outre à passer le premier tour. Au second tour, Cédric Pioline se montre trop fort pour lui.

En 1994, Dick se consacre aux tournois challengers. Dès le début de la saison, il se qualifie à Jérusalem et atteint les demi-finales. Un peu plus tard, il réédite exactement le même parcours à Annenheim. Ce sont là les deux plus belles performances de sa saison. Il atteint néanmoins encore un quart de finale à Perth en fin de saison.

En 1995, le grand public va découvrir Dick Norman à la faveur de son extraordinaire parcours à Wimbledon. Repêché en tant que lucky-loser, il bénéficie de l'abandon de Pat Cash après le premier set pour accéder au deuxième tour et affronter le redoutable Stefan Edberg. Il crée la sensation en l'emportant en trois manches. Il élimine ensuite Todd Woodbridge avant d'obtenir une balle de premier set contre Boris Becker en huitième de finale. Il ne parviendra pas à la concrétiser et sera battu en trois manches. La saison de Dick ne se résume cependant pas à cet exploit. Toujours actif en challengers, il remporte son premier titre à Newcastle. Il dispute également la finale à Garmisch et les demi-finales à Mumbai. Sur le circuit ATP, Dick passe un tour à Rosmalen (où il sort des qualifications), à Bordeaux et à Tokyo. Cette saison le voit aussi disputer la Coupe Davis où il remporte ses deux simples en Norvège.

En 1996, Dick est beaucoup moins heureux sur le circuit ATP. Il ne parvient à se hisser au deuxième tour qu'une seule fois, à Saint-Petersbourg. Sur le circuit des challengers, il atteint une demi-finale (Bristol) et deux quarts de finale (Bromma et Monterrey). Alors qu'il espérait entrer dans le top 100, Dick prend l'ascenseur dans le mauvais sens et se retrouve 214e en fin de saison.

En février 1997, Dick Norman se remet en confiance en se qualifiant pour le tournoi ATP d'Anvers et en atteignant les quarts de finale. Son autre grand résultat de la saison, il le fait à Roland-Garros où il sort des qualifications et atteint le troisième tour. Toujours actif lors des challengers, il remporte deux nouveaux trophées, à Dresde et à Neumunster. Il dispute également deux quarts de finale, à Manchester et à Brest.

En 1998, Dick Norman débute bien la saison en se qualifiant pour le tournoi de Sydney. Malheureusement, il ne confirme pas dans le tableau final et s'incline d'entrée. Il parvient encore à se qualifier pour Key-Biscayne mais ne survit pas au premier tour. Il dispute quelques challengers, mais la motivation n'y est plus, et devant son incapacité à entrer dans le top 100, il préfère arrêter sa carrière internationale.

Il faut attendre le milieu de la saison 2000 pour voir Dick Norman tenter un come-back. Non-classé, il doit se qualifier lors des tournois futures. Il se rend en Pologne pour y participer à trois futures. Les trois fois, il se qualifie et il remporte même le deuxième et le troisième après avoir disputé les quarts de finale du premier. Il remporte deux autres futures (un au Luxembourg et un en France) et dispute aussi plusieurs tournois challengers. Les premières fois, il doit disputer les qualifications, mais cela ne l'empêche pas de se hisser en quarts de finale à Contrexeville et en finale à Brasov. En fin de saison, il dispute encore les quarts de finale à Boukhara et à Charleroi. En une demi-saison, il a réussi l'exploit de remonter à la 224e place.

Début 2001, il tente de se qualifier en vain pour Doha et l'Australian Open. Il remet alors le cap sur les tournois challengers. Il atteint d'emblée la finale à Lubeck. Il dispute aussi deux futures en France qu'il remporte. Au cours de sa saison, il va gagner à Anvers et disputer les demi-finales à Genève et les quarts à Birmingham.

La saison 2002 est sans doute celle où Dick se montre le plus régulier. Il remporte pas moins de 4 titres en challengers (San Luis Potosi, Quito, Andorre et Magdebourg). Il atteint la finale à Wolfsburg, les demi-finales à Andrezieux et Lubeck et les quarts de finale à Aachen. Il réussit aussi à se qualifier pour la première fois à l'US Open où il franchit également le premier tour après avoir remonté un handicap de deux sets à zéro face à Ulihrach. Dick atteint enfin son rêve, l'entrée dans le top 100 mondial.

Profitant de son classement, Dick se lance dans les tournois ATP du début de saison 2003. Malchanceux au tirage au sort, il perd à chaque fois dès son entrée en lice à Chennai (contre Canas), Sydney (contre Fish, en qualification) et à l'Australian Open (contre Moya). Dick remet alors le cap sur les challengers, mais il faut attendre sa 4e tentative pour le voir franchir le cap du deuxième tour. Il y parvient avec brio à Sarajevo, poursuivant son chemin jusqu'en finale où seul Gasquet parvient à l'arrêter. En avril, Dick remporte le titre au challenger de San Luis Potosi.
Juste avant Roland-Garros, il se hisse encore en quart de finale à Zagreb, de quoi le mettre en confiance pour le rendez-vous de la porte d'Auteuil. Il s'y extirpe des qualifications mais ne parvient pas à franchir le premier tour. Il se rend alors en Angleterre pour la saison sur gazon et s'y met en évidence, notamment au Queen's où il atteint le troisième tour et ne s'incline qu'en trois manches face à Lleyton Hewitt. A Wimbledon, Dick sort des qualifications mais perd d'entrée dans le tableau final.
En été, Dick joue peu et rate son US Open en disparaissant dès le premier tour des qualifications. Fin septembre, il dispute deux tournois ATP en Asie. A Bangkok, il fait jeu égal avec Ferrero mais ne parvient pas à concrétiser, s'inclinant finalement 7/5-7/6. A Tokyo, au deuxième tour, il fait cette fois trembler Srichaphan mais perd à nouveau de justesse, 4/6-7/6-7/6. Le Waregemois retourne alors sur le circuit des challengers et termine la saison en boulet de canon, alignant une finale, un quart et une demi-finale.

Dick connaît un début de saison 2004 assez difficile. Il parvient néanmoins à se hisser en finale du challenger d'Andrézieux et en quart de celui de Bogota. En avril, il atteint encore les quarts de finale au $75.000 de Mexico, mais il s'agit du seul éclair dans la grisaille pour Dick. En effet, il se montre incapable de dépasser le deuxième tour dans tous ses autres tournois et échoue en qualification aussi bien à Roland-Garros que sur le gazon de Wimbledon qui l'avait révélé.
Durant tout l’été, Dick se concentre sur des épreuves du grand circuit avec une réussite plutôt mitigée. Il sort des qualifications au Masters Series de Cincinnati mais ne remporte qu’un seul autre match (à Kitzbuhel). Les qualifications de l’US Open ne lui réussissent pas plus que celles des autres Grand-Chelems puisqu’il s’y incline d’entrée.
La saison d'hiver est assez laborieuse avec, comme meilleur résultat, un quart de finale au challenger d’Helsinki et une qualification pour le tournoi ATP de Bâle. Dick sauve néanmoins sa fin de saison en remportant le tout dernier challenger du calendrier en Autriche, à Ischgl.

En 2005, Dick ne fait pas le déplacement en Australie. Il commence sa saison fin janvier, au challenger de Hull où atteint les demi-finales. Il se rend ensuite à Belgrade où il inscrit son nom au palmarès en battant Jeroen Masson en finale. En mars, Dick va au Mexique où il se hisse en finale à San Luis Potosi et en demi à Mexico City. Il prend ensuite part au succès de la Belgique en Coupe Davis en Serbie-et-Monténégro en remportant le double aux côtés de Kristof Vliegen. La terre battue n'est pas la meilleure surface de Dick, mais il parvient néanmoins à se hisser au deuxième tour à Roland-Garros après être sorti des qualifications en tant que lucky-loser. Plus à l'aise sur le gazon, il s'extirpe des qualifications à Halle, où il atteint le deuxième tour, et à Wimbledon, où il tient la dragée haute à Taylor Dent au premier tour. Son été est malheureusement catastrophique avec six défaites d'affilée dès son entrée en lice, dont à l'US Open. Alors que sa fin de saison tourne à la bérézina, avec un maigre deuxième tour pour 8 défaites au premier tour ou dans les qualifications, Dick revient de nulle part en remportant le gros challenger de Dniepropetrovsk, ce qui lui permet de retrouver le top 100. Malheureusement, il ne parvient pas à confirmer à Luxembourg et doit abandonner les points de sa victoire à Ishgl en 2004, ce qui lui vaut de ressortir du top 100.

Le début de la saison 2006 est marqué par une première pour Dick Norman: il accède enfin au deuxième tour de l'Australian Open. Il s'en faut de peu qu'il aille même un tour plus loin puisqu'il ne cède que 10/8 au 5e set face à Dominik Hrbaty. Malheureusement, Dick met du temps à digérer ce marathon et perd ses 5 rencontres suivantes. Il renoue avec le succès à Cherbourg où il atteint les quarts de finale. Il part alors pour le Mexique où il se se montre souvent performant. 2006 ne déroge pas à la règle puisqu'il atteint une finale, deux demi et un quart de finale. De retour en Europe, après avoir fait un détour par les challengers de Bogota (2e tour) et de Tunis (1er tour), Dick essaie de se qualifier sans succès pour le Master Series de Rome. Il fait mieux à Roland-Garros où il sort du tableau de qualifications et ne cède qu'au deuxième tour après une âpre lutte face au Français Gaël Monfils.
Dick essuie ensuite plusieurs défaites au premier dans des tournois ATP. Un intermède à Ségovie, un challenger, lui permet de retrouver le sourire à la faveur d'une demi-finale. Malheureusement, son US Open se résume à un seul match en qualifications. Il se console la semaine suivante au challenger de Poitiers où il se hisse en demi-finale et remporte le double. En fin de saison, il atteint encore les quarts de finale à Rennes et Kolding et le 2e tour au tournoi ATP de Lyon.

L'année 2007 débute à nouveau avec une grande première pour Dick. Il remporte en effet son tout premier tournoi ATP, en double, aux côtés de Xavier Malisse à Chennai. En simple, il échoue au deuxième tour de qualifications. Dick fait l'impasse sur la tournée australienne et se concentre sur les tournois challengers. Il atteint les quarts de finale à Durban fin janvier mais doit attendre mars et un voyage en Colombie pour signer sa première demi-finale. Deux semaines plus tard, il remet le couvert à Mexico City. Il est alors sélectionné pour le quart de finale de Coupe Davis face à l'Allemagne. Il remporte pour l'honneur le dernier simple. Cet intermède semble cependant couper son élan. Il va en effet subir 7 défaites pour 2 maigres victoires. Il échoue ainsi dans les qualifications de Roland-Garros et de Wimbledon. Il va se relancer avec une demi-finale à Cordoue avant de créer l'exploit en atteignant la première demi-finale ATP de sa carrière sur le gazon de Newport. La suite de sa saison se résume à des défaites dès son entrée en lice, à l'exception notoire d'une finale au challenger de Donetsk.

Les quatre premiers mois de 2008 sont réellement catastrophiques pour Dick qui s’incline à 10 reprises au premier tour et ne remporte qu’un malheureux match à Belgrade. Cela se passe un peu mieux en double où il signe une finale et deux demies. Comme souvent, c’est lorsque l’on ne l’attend plus que Dick sort à nouveau de l’anonymat. Il se hisse en demi-finale du simple et en finale du double au challenger de Rijeka. Fin juin, après une nouvelle période sombre, il atteint la finale du simple et du double à Cordoue. C'est là son dernier résultat probant en simple car il ne gagne plus que deux matches jusqu'à la fin de la saison. Il décide alors de se tourner uniquement vers le double, spécialité où il a été bien plus heureux pendant la deuxième partie de la saison. En effet, il remporte trois titres challengers et dispute une autre finale.

Bien qu'il a définitivement abandonné toute ambition en simple, Dick dispute encore ça et là quelques qualifications pour garder le rythme. Débarrassé de toute obligation de résultat, il réussit tout de même à remporter un nouveau titre en challenger, le 13e de sa carrière, et à se hisser au deuxième tour à 's Hertogenbosch. En double, il ne tarde pas à se distinguer en remportant le tournoi de Johannesburg dès le mois de février. Il rentre ensuite un peu dans le rang, faute de trouver un partenaire fixe. Cela va changer avec la proposition que lui fait Wesley Moodie, un des meilleurs spécialistes de la discipline. Après une demi-finale à Estoril, ils vont connaître l'état de grâce en se hissant en finale à Roland-Garros avant d'enchaîner avec le titre à 's Hertogenbosch et la demi-finale à Wimbledon. L'été est un peu moins réjouissant mais se termine néanmoins avec un beau quart de finale à l'US Open. Malheureusement, ils passent à côté de leur fin de saison et ratent de peu le Masters. Cette désillusion sonne le glas de l'association entre le Sud-Africain et le Belge et Dick est contraint de se trouver un nouveau partenaire pour la saison 2010.

Dick débute la saison 2010 avec l'Allemand Kas pour partenaire. Malheureusement l'association n'est pas très fructueuse et ils décident de se séparer assez rapidement. En effet, la paire doit se contenter de deux demi-finales comme meilleures prestations. Dick retrouve alors le Sud-Africain Moodie et dès leur premier essai, à Monte-Carlo, ils atteingnent le dernier carré. Ils mettent ensuite un peu de temps à confirmer mais ils parviennent à le faire au meilleur moment : à Roland-Garros où ils se hissent en demi-finale. Ils rééditent la performance à Wimbledon grâce à une victoire face aux Bryan. Norman et Moodie connaissent un été assez régulier avec des demi-finales à Gstaad et Cincinnati ainsi qu'un quart de finale à l'US Open. La paire belgo-sud-africaine est alors en course pour les Masters et au bout d'un suspense haletant, elle obtient in-extremis le 8e sésame pour Londres. Pour sa première apparition dans les Masters, Dick est éliminé en poule mais a tout de même remporté un match.

En 2011, Dick va alterner les partenaires avec des résultats divers. Bien qu'il remporte le titre à Zagreb, aux côtés de Tecau, ses neufs premiers mois sont bien en-deça de ses résultats des deux précédentes années. En effet, il doit se contenter de deux troisièmes tours, à Wimbledon et à l'US Open et d'une demi-finale à Dubai. En automne, il atteint tout de même deux nouvelles demi-finales à Bangkok et à Bâle.